Réformation du domaine royal dans la paroisse de Scaer (1678-1684)

   Les aveux des propriétaires terriens de Scaer
Cotes archives : AD Nantes B1245, B1246

Lettrine  S  tirée de l'aveu de Robert de LOUE chevalier de Kervegant et de Trévalot
CAER, plus grande commune du Finistère (11758 hectares), est répartie entre de nombreuses "seigneureries" dont aucun titulaire ne semble dominer vraiment : sur la base des actes produits pour la Réformation, aucun propriétaire ne détient plus de 5 % du territoire de la paroisse soit environ 1200 journaux). Ces seigneurs sont en majorité dépourvu de droit de justice - (qui est donc exercé par la cour royale de Conq Fouesnant) et résident loin de leur possession. A côté d'une quinzaine de seigneurs laics et ecclesiastiques figurent des roturiers propriétaires de tenues réduites et le plus souvent en indivision.
Liste des propriétaires de Scaer :
La liste des propriétaires n'est pas complète dans la mesure où certains d'entre eux ont déclarés les terrains qu'ils possédaient sur Scaer dans le cadre d'aveux enregistrés sur une autre paroisse

Cliquez sur un lien pour accéder au détail de la déclaration d'un propriétaire :

   (une dizaine d'aveux sont actuellement en ligne)




   Aveu de Isaac Le LIGOUR, Marie GUEGUEN, René PENCOET, etc...
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

Déclaration des maisons, terres et héritages situés au bourg paroissial de Scaer que tiennent et possèdent à devoir de lods, ventes et rachats le cas advenant et droit de chambellinage, suite de cour et moulin à la banlieue sous le Roi notre sire à cause de son domaine de Rosporden,

laquelle déclaration ils fournissent à Messire François Martineau seigneur de Princé, conseiller du roi, commissaire et maître ordinaire en sa chambre des Comptes de Bretagne, commissaire député pour la réformation des domaines de Cornoüaille, et à Messieurs les autres commissaires réformateurs aux payes et fortunes de Messire Pierre Claude de Kerloach, chevalier seigneur baron dudit lieu du Risquec et de Tymeauter, et pour obéir à la sentence de mondit seigneur de Princé du 14ème février 1683 et signifiée le 18ème septembre dernier,

lesquels héritages consistent en ce qu'il suit, et premier:

lesdits Isaac Le Ligour et Marie Gueguen sa femme tiennent et possèdent une maison à deux [étages et] son appanty du nord, couverte d'ardoises, [] de maison au bout oriental joignant ladite [] au pignon de la maison desdits Pencoet [] jardin derrière du nord, sous lesquels [] applacements de maison, jardin derrière [] issues au devant du midi il y a un tiers de [journal de] terre chaude,

ledit René Pencoet tient la cuisine de [] nommée la maison de Cornic joignant [] celle dudit Ligour, le quart du four et maison et ses issues au devant et derrière avec [] seconde lottie au nord du jardin,

ledit François Pencoet en privé et audit [nom] la chambre au dessus ladite cuisine dite maison de Cornic ci-dessus mentionnée en [] et petite chambre au niveau du nord à [] bois ni couverture, plus autre maison [] la précédente du levant, avec ses chambres [et] appantis, l'écurie et chambre au dessus [] chambrette basse au bout de l'écurie [joignant] la maison au nord, avec les trois quarts de [leurs] issues au devant et derrière de ladite maison, trois quarts du four, le [tout couvert] de gleds, sous lesquelles maisons du Ligour s'entrejoignent, séparées de pignons et cernées [] sur un courtil profité par les héritiers de [C..] Gongar, du midi par les placitres, cimetière et église dudit Scaer, de l'occident par la cour et maison presbytérales et jardin, et du nord par le chemin dudit bourg à Toyal,

ladite Poulmic tient à pareil une pièce de terre chaude nommée Ports an Fouen dépendant aussi desdites maisons, contenant trois quarts de journal, cernée du levant et midi par le chemin dudit bourg audit Toyal et Liorts Bras, de l'occident par Liorts Guegant à ladite Poulmic et du nord par parc à Allain Bourigan.

Lesquels héritages sont échus et advenus auxdits déclarants, savoir :

auxdits Ligour et femme comme demeurés adjudicataires [entre] eux et défunte Hellaine BASSET mère de ladite Gueguen lors de la vente judiciaire desdites choses faite à requête de noble Caurantin Furic sieur du Leigniou, lors propriétaire de ladite maison et applacement et jardin par contrat du 6ème juin signé Le Scaunff,

et auxdits René Pencoet et François Pencoet frères sont échus ladite maison de Cornic et jardin et issues par le décès de défunte honorable femme Janne CRECHMEN mère dudit René et aïeule desdits autres Pencoet et par la succession de défunt Jan PENCOET père dudit François Pencoet et frères, décédés savoir ladite CRECHMEN (de)puis ou environ les 24 années dernières et ledit Jan PENCOET décédé (de)puis ou environ les 12 à 16 ans, et le tout suivant et audit de l'acte de partage du 26ème septembre 1663 passé entre ledit René PENCOET, ledit défunt Jan PENCOET son frère,

et à ladite Janne POULMIC appartient ledit Liorts an Fouen par [acquêt entre] elle et son dit défunt mari, acquis de défunt [C..] COZIC et Louise Le SCAUNFF sa femme par contrat [].


Pour raison desquels terres et héritages [avouent] et confessent lesdits déclarants devoir chacun [premier] dimanche de janvier à la seigneurie de Tymeauter [la] somme de trois [sols] monnaie, outre obéir audit seigneur et à sa cour et juridiction dudit Tymeauter suivant [la] nature du fief, laquelle dite somme est supportée par ledit Ligour la somme de 18 deniers monnaie, le restant supportable, savoir les trois quarts par ledit François Pencoet et le quart [par] ledit René Pencoet, à la réserve que ladite Poulmic contribuera pour raison dudit courtil à proportion []

et pour présenter la présente déclaration à Messires les commissaires réformateurs du domaine de Rosporden pour être enrolée aux [payes] et fortunes dudit seigneur du Rusquec et Kerloach [] le papier terrier qui se fera des terres mouvantes de sa Majesté sous sondit domaine de Rosporden,

et ont lesdits Ligour et femme, René Pencoet et François Pencoet et ladite Poulmic nommé à leur procure Maître [blanc] chez lequel ils ont élu domicile, et l'ayant ainsi voulu ont été à ce faire par nous condamnés par le jugement et autorité de notre dite cour à laquelle ils sont soumis;

fait et gré au bourg de Scaer au tablier de nous soussignant notaire dudit siège royal de Conq Fouesnant et Rosporden, sous les signes dsdits René Pencoet et François Pencoet et de ladite Poulmic pour leur respect, et de Maître Jacques Brilleux requérant ledit Ligour, et celui de Maître Jan Cadic pour ladite Marie Gueguen, affirmant ne savoir signer, ce jour 23ème septembre avant midi 1684."

Signature René et Francois PENCOET et Janne POULMIC

Par sentence de messieurs les commissaires

insérée au 3 ème volume des sentences folio 281 la présente déclaration (a été) recu sans modifications.
   Aveu de Henry LE BOURCHIS époux d'Isabelle LE KERROUE
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

L'an 1683 le 1er jour de février avant midi, devant nous notaires soussignant jurés et reçus en la juridiction de Concq, Fouesnant et Rosporden, a comparu personnellement Henry LE BOURCHIS mari et procureur de droit de Isabelle LE KERROUE demeurant au lieu de Kervenennec paroisse de Scaer,

lequel connaît et déclare tenir prochement à ligence, à devoir de foi, homage, chambellinage, lods, ventes et rachats le cas advenant, du roi notre sire sous son domaine et châtellenie de Rosporden auxdites charges,

laquelle déclaration ledit BOURCHIS fournit au roi devant Messire François Martineau, conseiller seigneur de Princé et maître ordinaire en sa chambre des Comptes, commissaire nommé par arrêt du Conseil d'Etat et lettres patentes de Sa Majesté dictées d'août 1680 pour la réformation du domaine de Concq, Fouesnant et Rosporden et plusieurs autres juridictions pour satisfaire aux ordonnances de Messieurs les commissaires du 21ème du présent mois d'août, publiées aux prônes des grandes messes des ressorts desdites juridictions royales,

et lesquels héritages sont situés aux issues et dépendances dudit lieu de Kervenennec, consistant savoir : [] et maisons ci-dessus s'entrejoignant et [s'entretenant, cernés
du] levant sur [blanc] du moulin de Leintheo []
et nord sur terre du manoir de Leintheo [] sur le chemin qui conduit de Leintheo [] de Touldu,
du levant sur ledit [chemin] conduisant du Kernannec au Touldu,
du midi [sur le chemin] conduisant dudit Kernannec à Keranguen,
du [couchant sur] terre audit déclarant et par lui tenue à [devoir] sous le seigneur marquis du Faouet,
et du [nord sur le] ruisseau dévalant de la forêt de Coetloch [à ...an] Calves,
lesdits deux parcs s'entrejoignant, cernés
du levant sur parcs audit BOURCHIS, [] parcs à Jan Le Kerroué,
du couchant sur [parc audit] Kerroué
et du nord sur ledit chemin de [] Keranguen,
levant sur ledit chemin conduisant [dudit Leintheo au] Touldu,
du midi sur le placître dudit village []
et du nord sur parcs audit Jan Le Kerroué et ledit chemin de servitude dudit Parc en Huet;
lesquels terres et héritages ci-dessus sont et appartiennent audit BOURCHIS et femme pour leur être échus et advenus, savoir audit BOURCHIS une moitié pour les avoir acquis par contrat du 1er mai 1666 et l'autre moitié à ladite KERROUE pour lui être échue de la succession d'Yvon KERROUE son père mort puis les douze ans,

et les tient comme dit est du roi notre sire, prochement à ligence, devoir de foi, homage, chambellinage, lods et ventes et rachats, cas advenant, au paiement et continuation desquels devoirs ci-dessus describés et spécifiés,

et ledit déclarant a affecté et hypothéqué les rentes et revenus desdits droits pour y être procédé suivant l'ordre et coutume de ce pays, avec pouvoir à Maître [blanc] son procureur en ladite juridiction royale de Concq[arne]au, chez lequel il a ledit BOURCHIS esté de domicile de présenter ladite déclaration devant Messieurs les commissaires et requis à ce jour qu'elle être enrolée dans le papier terrier rentier et réformation des domaines de Concq, Fouesnant et Rosporden,

et pour ce qu'ainsi l'a dit et voulu faire, et passe au tablier des notaires sous la cour de ladite juridiction royale de Concq[arne]au, lesquels l'ont condamné par l'autorité d'icelle, et gré à Rosporden sous le seing de Maître François Le Brun, requérant ledit déclarant disant ne savoir signer, ce jour 1er février 1683, et les nôtres notaires."
   Aveu de Charles et Guillaume LE FUR de Keranflech
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

Déclaration des maisons, terres et héritages situés aux villages de Queranflech et Kerfreincq paroisse de Sçaer que Charles Le FUR faisant tant en primé que pour Guillaume Le FUR fils majeur de défunt Guillaume Le Fur vivant frère dudit Charles, demeurant audit village de Keranflech prédite paroisse de Sçaer tient et possède à devoir de lods et ventes et rachats le cas advenant et droit de chambellinage, suite de cour et moulin à la banlieue sous le roi notre sire à cause de son domaine de Rosporden,

laquelle déclaration ledit Fur en privé et audit nom fournit à Messire François Martineau seigneur de Princé, conseiller du roi et maître ordinaire en sa chambre des Comptes de Bretagne, commissaire député pour la réformation dudit domaine de l'Evêché de Cornoüaille, et à Messieurs les autres commissaires réformateurs aux payes et fortunes de Messire Pierre Claude de Kerleach, chevalier seigneur baron dudit lieu du Rusquec et de Tymeauter et pour obéir à la sentence de mondit seigneur de Princé du 4ème février 1683, signifiée le 18ème de septembre présent an,

lesquels héritages consistent en ce qu'il suit, et premier:

lesquels héritages sont échus et advenus audit Fur en privé et audit nom des successions des défunts Henry Le Fur et [blanc] Gloannec sa femme, ses père et mère morts puis ou environ les trente ans derniers;

pour raison desquels héritages ci-dessus describés et mentionnés, connaît ledit Fur en primé et audit nom devoir de chef-rente par chacun an et par chacun dernier dimanche de janvier, rendu au bourg de Sçaer audit seigneur de Tymeauter, la somme de 2 sols 3 deniers monnaie,

et pour présenter la présente déclaration à Messieurs les commissaires réformateurs du domaine, requise pour être enrolée aux payes et fortunes dudit seigneur de Tymeauter sur le papier terrier qui se fera des terres mouvantes de Sa Majesté sous sondit domaine de Rospordén, a ledit Fur présent en personne devant nous notaires jurés et reçus en la cour royale de Concq, Fouesnant et Rospordén, nommé à son procureur Maître [blanc] chez lequel il a élu domicile, et l'ayant ainsi voulu a été à ce faire par nous condamné par le jugement et autorité de notre dite cour à laquelle il s'est soumis;

fait et le gré en notre tablier au bourg de Sçaer sous nos seings, et celui de Maître Yves Riou à la requête dudit Le Fur disant ne savoir signer, ce jour 30ème de septembre 1684 avant midi.

Par sentence de Messieurs les commissaires

du 8ème mai 1685 insérée au 3ème volume des sentences folio 293, la présente déclaration reçue sans modification.
   Aveu de Jacques MORVANNOU de Keranflech
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

Déclaration des maisons, terres et héritages situés aux villages de Kerflech et Kerfrencq en la paroisse de Sçaer que Jacques MORVANNOU demeurant audit village de Keranflech paroisse de Sçaer tient et possède à devoir de lods et ventes et rachats le cas advenant et droit de chambellinage, suite de cour et moulin à la banlieue sous le roi notre sire à cause de son domaine de Rosporden,

laquelle déclaration ledit MORVANNOU fournit à Messire François Martineau seigneur de Princé, conseiller du roi et maître ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, commissaire député pour la réformation du domaine de l'Evêché de Cornoüaille et à Messieurs les autres commissaires réformateurs, aux préfils et fortunes de Messire Pierre Claude de Kerlech, chevalier seigneur baron dudit lieu du Rusquec et de Tymeauter, et pour obéir à la sentence de mondit seigneur de Princé du 4ème février 1683, signifiée le 18 septembre présent an,

lesquels héritages consistent en ce que ensuivent, et premier:



lesquels héritages ci-dessus describés et embonnés sont advenus audit MORVANNOU pour les avoir acquis de Gilles Lavellou depuis les deux ans derniers;

pour raison desquels héritages connaît ledit MORVANNOU devoir de chef-rente par chacun an et par chacun dernier dimanche de janvier, rendu au bourg de Sçaer à ladite seigneurie de Tymeauter, en contribution avec les autres détenteurs dudit village la somme de 5 sols et 7 deniers d'obole tournois,

et pour présenter la présente déclaration à Messieurs les commissaires réformateurs du domaine de Rosporden pour être enrolée aux prérils et fortunes dudit seigneur de Tymeauter sur le papier terrier qui se fera des terres mouvantes de Sa Majesté sous sondit domaine de Rosporden, a ledit MORVANNOU présent devant nous notaires jurés et reçus en la cour royale de Concq, Fouesnant et Rosporden nommé à son procureur Maître [blanc] chez lequel il a élu domicile, et l'ayant ainsi voulu a été à ce faire par nous condamné par le jugement et autorité de notre dite cour à laquelle il s'est soumis;

fait et gré en notre tablier audit bourg de Sçaer sous nos seings et celui de Maître Yves Riou pour et à la requête dudit MORVANNOU affirmant ne savoir signer, ce jour 30ème de septembre 1684 après midi.

Par sentence de Messieurs les commissaires

du 8ème mai 1685 inserrée au 3ème volume des sentences folio 295, la présente déclaration reçue sans modification.
   Aveu de Charles KERROUE, Guillaume LE BOURCHIS et Etienne LE MAO
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

Déclaration et dénombrement des maisons, terres et héritages que respectivement en la paroisse de Scaer tiennent et possèdent prochement et roturièrement du roi notre sire sous son domaine de Rosporden au lieu de Kerbasquiou en ladite paroisse de Scaer aux charges et devoirs ci-après déclarés,

laquelle déclaration lesdits Kerrouez, BOURCHIS et Mao fournissent et présentent au roi devant Messire Guillaume Dondel chevalier seigneur de Pendref, conseiller du roi au Parlement et maître ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, commissaire nommé par arrêt du Conseil d'Etat et lettres patentes de Sa Majesté données au camp devant y près le 19ème mars 1678 pour la réformation des domaines de Concq, Fouesnant et Rosporden, et Messieurs les juges de la cour juridiction et siège royal de Concq, Fouesnant et Rosporden pour satisfaire aux ordonnances de Messieurs les commissaires du 10ème juin 1678 publiées aux prônes des grandes messes des paroisses du ressort de ladite juridiction,

lesquels héritages consistent, est à savoir sous maisons, crèches, cour à fembroix, jardin, courtils, aire à battre, pourpris et devers issues un demi journal de terre chaude,

ce que tient ledit Kerroué

les terres possédées par ledit BOURCHIS audit lieu de Kerbasquiou, savoir

ce que possède ledit MAO consistant seulement en lesquelles terres sont situées aux issues dudit lieu de Kerbasquiou et donnant
devers l'orient sur la montagne nommée Menez ar Groix Nevez,
du midi sur terres dépendant du lieu de Kerbasquiou et sur la forêt de Couet Loch,
de l'occident sur terres dépendant du lieu de Kerangoff
et du nord sur terres dépendant du lieu du Drollo et sur ladite montagne nommée Menez Croix Nevez,


et sont lesdits terres et héritages échus et advenus auxdits déclarants, savoir

sur et à cause desquels héritages lesdits déclarants connaissent devoir et qu'il est dû de chef-rente au roi notre sire sep.. ou rep..es à chaque jour et terme de Sainct Gilles en septembre, savoir lesdits BOURCHIS et Mao la somme de 12 sols tournois et ledit Kerroué la somme de 6 sols tournois, outre payer lods, ventes et rachats quand le cas échoit, outre que icelui Kerroué doit de constituer audit BOURCHIS dessus à qui lui appartient audit lieu de Kerbasquiou la somme de 18 livres 15 sols, au seigneur de Challain la somme de 27 sols et au sire de Kerdous la somme de 52 sols aussi de constitut,

laquelle présente déclaration lesdits Kerroué, BOURCHIS et Mao présents devant nous notaires royaux soussignants et la cour et juridiction de Concq, Fouesnant et Rosporden affirment véritable, et au paiement et continuation desdits autres rentes et devoirs, affectent et hypothèquent les maisons, terres et héritages ci-dessus, fruits et revenus d'iceux pour sur le tout être prondé suivant les ordonnances royales et coutumes de ce pays, aux pouvoirs à Maître Maurice Glevarec leur procureur audit Concq chez lequel ils ont élu de domicile de présenter ladite déclaration à mesdits sieurs les commissaires, en requis acte pour icelle être reçue et enrolée dans le papier terrier, rentier et réformation du domaine de Concq, Fouesnant et ROsporden, et pour ce qu'ils l'ont ainsi voulu et consenti;

fait et passé au tablier des notaires soussignants, sous le seing de Maître Anthoine Tanguy requérant ledit Kerroué, celui de Maître Jacques Hamonic requérant ledit BOURCHIS, et celui de Maître François Houssin requérant ledit Mao, disant ne savoir signer, ce 2nd jour de septembre avant midi 1678.

Par sentence de Messieurs les commissaires

du 30ème septembre [] insérée au 3ème volume des sentences, folio 307, la présente déclaration reçue à la charge de payer sur le lieu de Kerbasquiou un septier froment et respectivement d'une part deux écuelles froment et trois écuelles froment et re.. d'autre, et 20 sols de chef-rente au surplus sans modification."
   Aveu de Yves COROLLER, Christophe LE GOURLAY, etc...
Par devers nous notaires royaux de la Cour Royale de Conq Fouesnant et Rospporden, résidente en la ville de Rosporden, ont comparu : Lesquels pour satisfaire aux ordonnances à Messieurs les commissaires députés par Sa Majesté pour la constitution du papier terrier (et) la réformation de son domaine de Rosporden et aux assignations publiques faites en conséquences d'icelles ont reconnu et déclaré tenir et posséder rotérurièrement à devoir de lods ventes et rachat quand le cas échoit et autres droits ci apres

Savoir ce que possède ledit COROLLER audit Tiersail La maison ou demeure ledit COROLLER composée de 2 étages ayant de long 17 pieds, la moitié de la cour à frambois, une crèche, augeart et issues contenant environ 10 cordes en fond avec la moitié du four avec autre emplacement donnant sur le placitre, un petit courtil à chanvre qui a en fond 13 cordes qui est cerné de l'Orient de la parcelle du dit FOL, du midi du parc "ar jardin" et de l'occident dudit applacement? et du nord donnant sur le four

Et ledit Pierre LE FOL et Catherine AUFFRET sa femme possèdent au Tiersail en dépendances

Le dit Yves JAOUEN en la qualité qu'il agit possède audit Tiarsail un bout de maison ou il demeure qui de long 16 pieds et de pareille largeur, la moitié de la cour à frambois, la moitié de la maison ou est le four et du placitre et issues avec autres applacements de maison et un petit jardin qui a en fond 4 cordes, un courtil à chanvre, avec sa portion de l'aire du midi jusqu'aux pierres bornales donnant du levant sur ....

LEINGOURER : Ledit Yves COROLLER possède une maison qui a de longueur 12 pieds et autre maison nommée "an buron" y joignant et donnant du levant sur jardin à Allain CARRER et du midi sur la cour à frambois et de l'occident sur la maison au GOURLAY et du nord sur un courtil appartenant au CARRER autre maison appelée "an thystern" donnant du midi sur un courtil au GOURLAY et d'autre part sur la cour à frambois, une maison appelée "craou an deuet", un courtil nommé "liors dreon an thi" a en fond 12 cordes. Autre nommée "ar jardin" a en fond 2 corde, autre nommé "ar coz leur" contient en fond 6 cordes, les dits courtils s'entrejoignant et donnant du nord ...

LINGOURER : Et ledit Christophe LE GOURLAY possède la maison ou il demeure à présent qui contient de long 27 pieds, autre maison appelée "ar buron" et autre maison nommée "an thy bihan" audit Lingourer avec les terres ci après et une crèche appelée "craou an dener" et l'augeart sur l'aire, ledit aire contenant 12 courdes, le jardin a en fond une cordée et demi donnant du .. levant ...



Leingourer : Audit Alain CARRER appartient audit Lingourer une maison nommée la maison du Carer ayant de long 16 pieds, autre maison appelée "la creche" ayant 24 pieds de long, 1 augeart sur l'aire, ledit aire avec ses issues contenant en fond 5 cordes



PENQUER Saint Guennolay : Et ledit CARRER possède au village et issues de Saint Guennolay

Sur et à cause desquelles terres ou maisons les avouants connaissent devoir au Roi notre Sire par an de chefrente savoir sur ledit lieu de tiarsail la somme de 20 sols monnaie faisant 24 sols tournois au terme de Saint Gilles et la somme de 30 sols monnaie faisant 36 sols tournouis par an au dit terme sur le dit lieu de Leingourer et de sur les héritages ci devant mentionnés situés au village de Saint Guennolay et possédés par icelui CORROLLER connait icelui dit COROLLER devoir la somme de 9 sols 3 deniers de chefrente pour sa part de 60 sols tournois dues le total dudit village de Saint Guennolay. Le parsus (solde) est due par Hierome FOUEST, Gilles BOUTET, Yves LE ROUX, Henry LE BEUX, Yves JAOUEN possesseurs et propriétaires du restant dudit village de Saint Guennolay audit terme. Ledit CARRER pour ce qu'il possède audit village de Penquer Saint Guennolay ci devant mentionné doit 2 sols 6 deniers pour sa part de 18 sols dus aussi de chefrente dessus le total dudit village de Penquer Saint Guennolay pour chaque an et terme de Saint Gilles .. le parsus (solde) des dits 18 sols dues par le dit Hierome FOUEST et les mineurs de René AUFFRET.

Les dits héritages (sont) échus : Laquelle déclaration ils ont affirmé véritable .....

fait et passé ...le 6/8/1678

(aucun des avouants ne signe)

Par sentence de messieurs les commissaires d'octoble 1682 insérée au 3 ème volume des sentences folio 315 ....

a la charge de payer soidairement ;.. pour le village de Guennolay 35 sols monnaie d'une part, 15 sols monnaie d'autre part, sur Leingourer 30 sols monnaie et sur ty ansail 20 sols monnaies de chef rente
   Aveu de Guillaume LAVELLOU, Yvon LE GLOANNEC, etc...
L'intéret de cet aveu d'humbles agriculteurs n'est pas lié à la description du bien possédé - une terre froide près du bourg (donc peu productive) d'une quinzaine d'hectares en indivision entre 4 familles ! - mais l'indication des ascendances paternelles des différents propriétaires.

Déclaration et dénombrement des terres et héritages que (tous) demeurant au bourg de Scaer tiennent et possèdent prochement et roturièrement du roi notre sire sons son domaine de Rosporden en la paroisse de Scaer

............

lesquels héritages consistent en :

Une montagne (une colline sans doute) nommée Menez Toiel et Rosie Bannal laquelle p... de terre est située proche du bourg de Scaer sous la jurdiction du domaine de Rosporden contenant en fond 34 journaux de terrre froide donnant : Lesquelles terres et héritages sont échus et advenu, savoir : Dequelles terres appartiennent un tiers audits LAVELLOU et femme et ADAUN en ladite qualité à moitié entre eux desquelles terres et héritages appartiennent audit GLOUANNEC (un tiers) et un autre tiers audit BOURIGAN et femme

fait et consenti le 8/9/1678

(aucune des propriétaires ne peut signer)

Jugement des commissaires

... payer 6 £ 16 sols de chefrente à raison de 4 sols par journal (inséré au folio 321 du 3 ème volume des sentences)

(Une somme énorme pour 15 hectares de terre improductive... mais peut être ce montant comprend il des arriérés.)
   Aveu de Messire Maurice MARQUER, Robert MARQUET, Pierre le JOUR etc...
Transcription réalisée par Vital LEDEZ

La propriété décrite en indivision entre 4 fils/filles de Thepaut MARQUER est de belle taille : environ 30 journaux de terre chaude, 67 journaux de terre froide et 4 journaux de prés

Les propriétaires sont à la foi vassaux du Roi et du seigneur de Coatcanton


Déclaration et dénombrement des maisons, terres et héritages que

tiennent et possèdent prochement et roturièrement du roi notre sire et souverain, seigneur sous son domaine et recette de Rosporden en la paroisse de Scaezre, aux charges et devoirs ci-après déclarés,

fournissent et présentent au roi devant Messire Guillaume Dondel, chevalier seigneur de Pendref, conseiller du roi au Parlement et maître ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, commissaire nommé par arrêt du Connseil d'Etat et lettres patentes de Sa Majesté données au camp devant Ypres le 19ème jour de mars 1678 pour la réformation des domaines de Concq, Fouesnant et Rosporden, et Messieurs les juges de la cour juridiction et siège royal dudit Concq, Fouesnant et Rosporden pour satisfaire aux ordonnances de Messieurs les commissaires du 10ème du mois de juin 1678 publiées aux prônes des grandes messes du ressort de ladite juridiction,

lesquels héritages sont situés au lieu de Kervallouin audit Scaer, consistent, savoir :

toutes les terres ci-devant describées dudit village de Kervallouin sont cernées
du levant des terres du village de Kernan et autres terres appartenant à Guillaume Huet et autres héritiers de défunt Gilles Huet,
du midi des terres dépendant du lieu de Kervallouin Bihan,
du couchant de la montagne (barré) muraille du petit bois de Coet Loch et sur terres de Kerbasquiou,
et du nord des terres dudit Kerbasquiou et des parties de la lande nommée ar Croix Nevez et des terres du lieu de Kerdonnarts;


lesquels maisons, terres et héritages ci-devant spécifiés et mentionnés connaissent lesdits déclarants tenir au proche fief du roi notre sire à titre de foi, hommage, lods, ventes et rachats le cas advenant, et leur être échus et advenus par le décès et succession de feu Thepault MARQUER leur père décédé (depuis) 16 ans sont,

que lesquels il est dû à chacun premier jour de janvier au roi notre sire de chef-rente les deux tiers d'un fagot ou faîtes de paille, jointement avec leurs autres consorts et tenanciers dudit village,(et en) outre la somme de 9 (ou 20?) livres de rente féagère qu'ils sont tenus payer à la seigneurie de Coet Canton à chacun terme de la Saint Michel ainsi qu'il est porté par contrat du 19ème avril 1648,

laquelle déclaration Messire Maurice Marquer prêtre et Henry Huet demeurant audit village de Kervallouin paroisse de Scaezre, ledit Robert Marquer demeurant au lieu de Sul Mintin paroisse d'Ergué Gaberic, et ledit JOUR demeurant en la forêt de Couet Loch audit Scaer, présents devant nous notaires royaux héréditaires soussignés de la juridiction de Concq, Fouesnant et Rosporden, affirment véritable et qu'aux paiement et continuation desdits droits et devoirs affectent et hypothèquent les héritages ci-devant, fruits et revenus d'iceux pour sur le tout être procédé suivant les ordonnances royales et coutumes de ce pays, avec pouvoir à Maître [blanc] leur procureur audit Concq chez lequel ils ont élu de domicile de présenter ladite déclaration à mesdits sieurs les commissaires et requis acte pour icelle être rçue et enrolée sur le papier terrier et livre de la réformation des maisons, terres et héritages mouvants de Sa Majesté sous lesdites châtellenies de Concq, Fouesnant et Rosporden, ce qu'ils ont ainsi voulu;

fait et passé au tablier des notaires soussignés sous le seing dudit Messire Maurice Marquer pour soi, celui de Maître Anthoine Tanguy requérant ledit Robert Marquer, celui de Maître Jacques Hamonic requérant ledit Pierre LE JOUR, et celui de Maître François Le Brun requérant ledit Henry Huet, disant ne savoir signer ce jour 3ème de septembre avant midi 1678.

Par sentence de Messieurs les commissaires

du 13ème mai 1682 insérée au 3ème volumé des sentences folio 323, la présente déclaration reçue à la charge de payer un fagot de paille solidairement au surplus, sans modification."
   Aveu de Henri LE BOURCHIS de Querroué.
(transcription V LEDEZ)

Déclaration et dénombrement des maisons, terres et héritages que Henry Le Bourchis demeurant au lieu de Querroué paroisse de Scaer tient et possède prochement et roturièrement du roi notre sire sous son domaine de Concq, Fouesnant et Rosporden audit village de Querroué en ladite paroisse de Scaer aux charges et devoirs ci-après déclarés, laquelle déclaration ledit Bourchis fournit et présente au roi devant Messire Guillaume Dondel chevalier seigneur de Pendref, conseiller du roi au parlement et maître ordinaire en sa Chambre des Comptes de Bretagne, commissaire nommé par arrêt du Conseil d'Etat et lettres patentes de Sa Majesté données au camp devant Ypres le 19ème de mars de l'an 1678 pour la réformation desdits domaines de Concq, Fouesnant et Rosporden et Messieurs les juges de la cour juridiction et siège royal de Concq, Fouesnant et Rosporden pour satisfaire aux ordonnances de Messieurs les commissaires du 10ème juin 1678, publiées aux prônes des grandes messes du ressort de ladite juridiction,

lesquels héritages consistent, est à savoir,

audit lieu et village de Querroué audit Scaer sous la juridiction et domaine de Rosporden

plus tient ledit déclarant neuf parcs et pièces de terre avec deux feuniers fauchables et pièces de terre chaude y joignant fors la douzième partie qu'il tient en commun et indivis avec le roi sous la seigneurie de Quervegant, vulgarisés l'un Parc an Mur terre chaude, Parc Terien et Menez Corbran donnant devers le levant et couchant sur terres audit défunt sieur de Brennellieau et du nord sur le chemin qui mène dudit Scaer à Quimper [Coren]tin, et du midi sur le chemin du manoir des Salles,

Parc an Quenquiz avec Parc et Prat an Feunteun Goadre, autre parc nommé Parc ... donnant devers le levant et nord sur la montagne de Querroué, autre nommé Parc an Hoel Testoff donnant devers soleil couchant sur le placître dudit Querroué, du nord sur le chemin qui mène dudit Kerroué audit Scaer, contenant lesdits parcs et prés le nombre de 18 journaux de terre chaude et deux journaux et 9 cordes de pré fauchable et de terre froide, deux journaux et demie et par année la douzième partie tirée pour la seigneurie de Quervegant de dîme au roi notre sire, 16 journaux trois quarts, 7 cordes et demie et de pré fauchable un journal trois quarts et 15 cordes, et de terre froide 2 journaux un quart et 7 cordes,

plus la moitié d'une montagne en pièce de terre froide avec sa part d'un pré à pâtures en commun et indivis avec ses autres consorts, contenant 8 journaux, de plus tient en entier au fief du roi Menez Dren Bihan terre froide et pré à pâture y joignant devers Prat Jacob contenant 3 journaux et 14 cordes donnant devers le levant sur terres audit sieur de Brennillieau et du couchant sur Menez an Cor,

plus quatre parcs nommés Parcou ar Goar terre froide donnant devers le levant et midi sur Parc ..., devers le couchant et nord sur terre à Jacques Auffret contenant 5 journaux, un parc nommé Parc an Run Bras terre chaude contenant 2 journaux et 9 cordes, donnant devers le nord et couchant sur la montagne dudit lieu de Querroué, et du midi sur le chemin dudit Querroué au Drolo,

deux parcs terre chaude nommés Parcou Munut contenant deux journaux trois quarts, donnant du levant et nord sur le chemin menant dudit Querroué au Drollo, du midi sur terre dépendant dudit Drollo,

plus autre Parc an H.. Bras terre chaude contenant 14 journaux un quart et 5 cordes donnant du levant sur Parcou Bernard et du couchant sur Parc an Hoen, le tout cerné comme devant;

et sur et à cause desquels maisons, terres et héritages ledit Bourchis connaît devoir de chef-rente au roi notre sire, ses fermiers ou receveurs par chacun an à chacun premier dimanche de janvier outre lesdits devoirs de foi, obéissance, ventes et rachats quand le cas échoit une mine trois écuelles et demie de froment et une maille qui est sa part et portion des deux mines 7 écuelles froment et une maille de chef-rente due sur tout le village de Querroué rendue au bourg paroissial de Scaer;

plus connaît ledit déclarant tenir à même nature sous la juridiction de Concq, Fouesnant et Rosporden sous le domaine dudit Rosporden les terres ci-après et lesquelles sont situées ...

au lieu de Quersalliou audit Scaer, savoir deux pièces de terre chaude et un pré fauchable et deux autres pièces de terre froide Ty an Boull de pré à pâtures contenant de terre chaude et pré fauchable 6 journaux trois quarts et 4 cordes et demie, de terre froide 3 journaux trois quarts et 11 cordes, cernés devers soleil levant et terres dépendant dudit lieu de Drollo, du midi sur la muraille de Coetloch et du couchant donnant sur terre au sieur du Querminy et Kerviguen et du nord sur le chemin qui mène du Querroué audit Quersalliou

et terres profitées par ledit déclarant, à la charge de payer une écuelle de froment de chef-rente par chacun an même jour et terme que devant, outre payer lods et ventes et rachats le cas advenant,

et de plus tient ledit Bourchis au village du Drollo prédite paroisse à même nature que devant un parc et pièce de terre nommé Parc an Drollo terre chaude contenant 1 journal et 12 cordes, donnant devers le levant et nord sur terres du Sieur Brennellieau, du midi sur le placître du Drollo et du couchant sur le chemin dudit Querroué au Drollo, à la charge de payer par chacun an à même jour et terme que devant une écuelle de froment;

lesquels terres et héritages sont échus et advenus audit Bourchis par le décès et succession de Marie MOISAN sa mère décédée puis les trois ans et à ladite MOISAN par le décès et succession de défunts Denis MOISAN et Catherine LE BRETON vivant ses père et mère, décédés savoir ledit MOISAN puis les douze ans et ladite Catherine LE BRETON décédée environ les trente huit ans et par le décès et succession de défunt Messire Pierre Moisan vivant prêtre décédé puis les onze ans, lequel prêtre était frère de ladite Marie MOISAN et audit dernier .....les héritages échus par ledit ......Guy Le Rodellec et Marie Bannal(lec?) par contrat du 6ème février 1627, et à ladite LE BRETON par le décès et succession de Louis LE BRETON son père mort plus de quatre-vingts ans.. audit Bourchis par le décès .. Guillaume Guillemot et Catherine Moisan par contrat des 10 juillet 1657 et 6ème mai 1660 et d'avec Jacques Rospabé et Renée Moisan sa femme par contrat du 6ème mai 1660 et par autre contrat du 14ème mai audit an,

laquelle présente déclaration ledit Bourchis présent devant nous notaires royaux soussignés, jurés et reçus en la cour et juridiction de Concq, Fouesnant et Rosporden affirme véritable et au paiement et continuation desdits chef-rentes et devoirs affecte et hypothèque les maisons et héritages ci-dessus, fruits et revenus d'iceux pour sur le tout être procédé suivant les ordonnances royales et coutumes de ce pays, avec pouvoir à Maître Maurice Glémarec son procureur audit siège royal de Concq, chez lequel il a élu domicile de présenter ladite déclaration devant Messieurs les commissaires, en requiert acte pour icelle être reçue et enrôlée dans les papiers terriers, rentier et réformation dudit domaine de Concq, Fouesnant et Rosporden, ce qu'il a ainsi voulu; fait et passé au tablier des notaires soussignés sous le seing de Maître Joseph Merle requérant ledit Bourchis disant ne savoir signer ce jour 1er janvier 1679 avant midi.

Par sentence de Messieurs les commissaires du 1er octobre 1682 insérée au troisième volume des sentences folio 325, la présente déclaration reçue à la charge de payer sur le village de Kerroué deux minots et quatre écuelles froment, sur le village du Drollo quatre minots froment et deux écuelles, et sur Kersalliou deux écuelles froment solidairement au surplus sans modification."
   Aveu de Jean LE BOURHIS, Charles LE KERROUE etc...
L'intéret de cet aveu de paysans roturiers est lié aux ascendances fournies par les propriétaires.

Déclaration et dénombrement des maisons, terres et héritages que Jan LE BOURHIS, Charles LE KEROUE et Francois LE TACHER demeurant au lieu de Kerbasquiou

lesdits Charles LE KERROUE et Guillaume FOUEST faisant pour Adelice LE TACHER, sa mère, demeurant au lieu de Saint Guennolay et Guillaume LE BOURHIS demeurant au lieu de Kerancalvé tous en la paroisse de Scaer

Tiennent et possèdent prochement et roturièrement du roi notre sire etc.....

....

lesquels héritages consistent c'est à savoir

Une tenue au lieu de Kerbasquiou, paroisse de Scaer contenant : sous maisons, cours à frambois, aire, courtil, et puits contenant en fond 2 journaux de terre chaudes

les terres profitées par ledit Jan LE BOURHIS consistent savoir : Les dites terres sont échues audit Jan LE BOURHIS par le décès de Henry LE BOURHIS son père mort (depuis) plus de 30 ans et audit Henry LE BOURHIS par le décès de défunt Louis LE BOURHIS son père mort il y a plus de 60 ans

Les terres profitées par ledit Guillaume LE BOURHIS consistent savoir : lesquelles terres sont échues audit BOURHIS pour les avoir acquis d'avec(=de) Henry FLATRES et Marie LE BOURHIS par contrat mentionné en l'induction du 24/1/1679 jour (de) sous la cote B

Les terres profitées par Guillaume FOUEST consistent savoir Lesquelles terres sont échues et advenues audit FOUEST par le décèsde Marguerite NEVES sa mère morte (depuis) plus de 30 ans et la dite veuve par le cécès de Guillaume NEVES son père mort depuis plus de 60 ans.

Les terres profitées par ledit Charles LE KERROUE comme faisant pour Adelice LE TACHER sa mère consistent à savoir : Lesquelles sont échues et advenues à ladite TACHER par le décès de Gratienne NEVES morte (il y a) plus de 50 ans.

Les terres profitées par le dit Francois LE TACHER consistent savoir : lesquels héritages sont échus audit TACHER par le décès de Colomban LE TACHER, son père, mort (depuis) plus de 30 ans et audit Colomban LE TACHER par le décès de Pierre LE TACHER son père mort (depuis) plus de 60 ans.

Y adonnant ledit lieu de Kerbasquiou :
devers levant sur terre (et) dépendances du lieu de Kervalouen Bras
du midi sur la foret de Coetloc
de l'occident sur terres du Drolo
sur le Nord sur la montagne nommée "Menez Rular"
(en) Outre (re)connaissent iceux avouants(= les déclarants) tenir à meme titre en commun et indivis(ion) entre eux la moitié d'une montagne et landes vulgarisé "menes ar Groix Neves" contenant icelle moitié le nombre de 32 journaux de terre froide donnant :
devers l'Orient sur terres dépendant du lieu de Kerdonnars
du midi sur autres terres dépendant de Kerbasquiou
de l'occident sur le lieu du Drol
et du Nord sur ladite Montagne nomée Neves Rulan
Dessus lesquels lieux connaissent les dits déclarant être dus lods, ventes et rachat, quand le cas echoit, et de chefrente 13 écuellées de froment et 24 sols.

Laquelle présente déclaration Jan LE BOURHIS, Charles LE QUERROUE, Francois LE TACHER, Guillaume FOUEST, Guillaume LE BOURHIS, présents devant nous notaires royaux de Rosporten, soussignés, affirment véritable ....

Fait le 7/5/1681

aucun des propréitaires ne peut signer

Par sentence de messieurs les commissaires du 25/5/1683 insérée au 3ème volume des sentences folio 329 ... a la charge de payer sur la terre audit Kerbasquiou soldairement : 12 écuellées de froment, 2 deniers et une maille? monnaie d'une part, et 20 sols monnaie et d'autre part sur Menez an Coix Nevez ven 5 £ 9 sols 4 deniers de chefrente à raison de 3 sols monnaie par journal solidairement avec les autres propriétaires de ladite montagne au surplus sans modification.